Le Modérateur

La Thaïlande cherche à conclure un pacte sur le prix du riz avec le Vietnam pour renforcer son "pouvoir de négociation".

1 message dans ce sujet

La Thaïlande et le Vietnam sont en pourparlers pour un pacte visant à augmenter le prix de leurs exportations de riz afin d'accroître leur influence sur le marché mondial et d'améliorer les revenus des agriculteurs, a déclaré vendredi un responsable du gouvernement thaïlandais.

Les responsables de l'agriculture de la Thaïlande et du Vietnam, deuxième et troisième exportateurs de riz au monde, se sont rencontrés vendredi à Bangkok pour discuter de mesures conjointes visant à soutenir leurs agriculteurs et leurs industries rizicoles et à gérer les coûts de production croissants.

"Notre objectif est d'augmenter le prix du riz, d'accroître le revenu des agriculteurs et d'augmenter le pouvoir de négociation sur le marché mondial", a déclaré le porte-parole du gouvernement thaïlandais, Thanakorn Wangboonkongchana, dans un communiqué, après les discussions en marge d'une exposition agricole.

"Le prix du riz est bas depuis plus de 20 ans alors que le coût de production augmente."

Le ministère de l'agriculture du Vietnam n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire sur l'augmentation des prix.

Toute tentative d'établir un cartel pour augmenter les prix serait une mauvaise nouvelle pour les acheteurs et les consommateurs dans un contexte de hausse des coûts alimentaires mondiaux. La Thaïlande, gros exportateur, voit la demande étrangère pour ses produits agricoles augmenter, aidée par une monnaie plus faible.

Le Vietnam et la Thaïlande représentent environ 10 % de la production mondiale de riz brut, et environ 26 % des exportations mondiales, selon le ministère américain de l'Agriculture.

Jusqu'à présent en 2022, les prix à l'exportation thaïlandais pour le riz brisé à 5 % ont atteint une moyenne d'environ 420 $ la tonne, soit 16 % de plus que la moyenne indienne de 363 $.

 

GRAPHIQUE : Production et exportations mondiales de riz par fournisseur clé (

GlobalRiceProdExportsMay2022.png
)

 

 

Le président de l'Association alimentaire du Vietnam a déclaré que son organisation rencontrerait son homologue thaïlandais en juin pour de nouvelles discussions sur la production de riz, mais qu'elle ne viserait pas à contrôler les prix.

"La réunion portera sur les mesures de coopération en matière de production alimentaire durable", a déclaré Nguyen Ngoc Nam à Reuters. "Il n'est pas raisonnable de parler d'augmenter ou de contrôler les prix du riz en ce moment, alors que le prix mondial des aliments est en hausse."

Il a déclaré que la priorité du Vietnam était de gérer les exportations pour assurer sa propre sécurité alimentaire, ajoutant qu'il exporterait 6 millions de tonnes de cette céréale cette année, contre 6,24 millions de tonnes l'année dernière.

L'Inde, premier expéditeur de riz au monde, représente environ 40 % de l'offre mondiale, mais les prix ont atteint leur plus bas niveau depuis cinq ans cette semaine en raison de la faiblesse de la roupie indienne et de l'offre abondante dans les principaux pays exportateurs.

L'Inde ne prévoit pas de réduire ses exportations de riz car elle dispose de stocks suffisants et les taux locaux étaient inférieurs aux prix de soutien fixés par l'État, selon des sources commerciales et gouvernementales jeudi.

B.V. Krishna Rao, président de la All India Rice Exporters Association, a déclaré qu'il n'y avait eu aucune approche de la part de la Thaïlande et du Vietnam pour les rejoindre dans un cartel du riz.

"Si la Thaïlande et le Vietnam tentent de faire monter les prix, il est évident que les acheteurs africains sensibles aux prix se déplaceront vers l'Inde", a-t-il déclaré, ajoutant qu'une partie des acheteurs opterait pour le riz thaïlandais ou vietnamien "mais cette section est petite."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 29 juin 2022 05:09
Sponsors