Le Modérateur

Drogue et blanchiment. La police thaïlandaise passe à l'action contre les (très) gros bonnets birmans en Thaïlande. La famille d'un sénateur thaïlandais impliquée

1 message dans ce sujet

L'arrestation du Dr Tun Min Latt, qui est au cœur d'un vaste conglomérat étroitement lié à la junte au pouvoir du Myanmar, soupçonné de trafic de drogue et de blanchiment d'argent, met en lumière les liens obscurs entre les dirigeants du Myanmar et la criminalité aux frontières de la Thaïlande. Au cœur de l'histoire se trouve un conglomérat fournissant des services à la junte birmane, qui a longtemps été habile à échapper aux sanctions internationales et à la loi.

La police thaïlandaise s'intéresse à des opérations de trafic de drogue et de blanchiment d'argent liées à un conglomérat basé au Myanmar œuvrant dans le trafic d'armes, l'approvisionnement en électricité et en nourriture des forces armées birmanes. Cela devrait bouleverser les relations entre les deux pays. L'enquête a déjà conduit à un sénateur thaïlandais (nommé par la junte thaïlandaise de Chan-o-cha) dont le gendre serait parmi les quatre personnes arrêtées le samedi 17 septembre. Le sénateur nie vigoureusement tout lien avec des actes répréhensibles. La police thaïlandaise a, par ailleurs, confirmé mercredi l'arrestation du Dr Tun Min Latt étroitement lié à la fille du dictateur du Myanmar, le général Min Aung Hlaing.

Le sénateur Upakit Pachariyangkun a déclaré aux journalistes qu'il connaissait Tun Min Latt, 53 ans, car ils avaient des liens d'affaire concernant d'approvisionnement en électricité entre la Thaïlande et l'État Shan au Myanmar, mais a nié tout lien avec des aspects plus sinistres du Birman. La police royale thaïlandaise le pense pourtant impliqué dans le trafic de drogue et le blanchiment d'argent au plus haut niveau par le biais d'un vaste conglomérat gérant hôtels, commerce de l'électricité, casinos, exploitation minière et vente d'armes. On remarque d'ailleurs que l'une des personnes arrêtées samedi dernier à Bangkok, lors de perquisitions coordonnées dans toute la ville, est un homme de 38 ans qui serait le gendre du Sénateur thaïlandais. La police a également arrêté deux femmes, une de 50 ans et une de 44 ans lors des raids, qui seraient toutes deux thaïlandaises.

Avant les arrestations de la semaine dernière, qui ont été confirmées mercredi par le porte-parole de la police royale thaïlandaise, le colonel de police Kritsana Pattanacharoen, Dr Tun Min Latt dirigeait un conglomérat appelé le Star Sapphire Group très lié à l'armée du Myanmar et la junte birmane.

Des sources thaïlandaises affirment que l'arrestation de Tun Min Latt fait partie de la guerre lancée par les autorités thaïlandaises contre des opérations de blanchiment d'argent énormes et inquiétantes menées par les gangs de la drogue du Triangle d'or en lien avec des entreprises commerciales légitimes liées à la junte birmane, centrées sur l'État Shan et d'autres zones à la frontière avec le royaume.

Cela signifie que la police thaïlandaise a reçu le feu vert pour cibler ceux qui sont au sommet de ces trafics alors que autorités chinoises semblent continuer à fermer les yeux.

Ainsi, le conglomérat visé a des liens avec la fille du dictateur birman Min Aung Hlaing qui pourrait être poursuivi par la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye pour  "l'utilisation généralisée et systématique de la torture" contre son peuple, largement documentée.

Le Dr Tun Min Latt est le fils d'un homme clé du régime également dictatorial du général Than Shwe, qui a occupé le pouvoir au Myanmar de 1992 à 2011.

La police royale thaïlandaise serait passée à l'action car elle considère que le Dr Tun Min Latt qui a acheté de l'électricité à la compagnie d’électricité de Thaïlande pour l'État Shan blanchit ainsi les revenus de la drogue.

Le conglomérat serait également soupçonné de blanchir via les casinos de Tachileik, liés à des investisseurs chinois et à des barons de la drogue du Triangle d'or.

Le groupe Sapphire de Tun Min Latt serait également actif, avec des actionnaires basés en Thaïlande, dans le développement de la ville frontalière de Tachileik bien connu comme un centre de prostitution et de jeu.

L'ampleur du trafic de drogue dans la région du Triangle d'Or a été documentée cette semaine par le ministre de la Justice Somsak Thepsutin qui annonce que la police a saisi 100 milliards de bahts de drogues. Il a estimé la production de la région à 2 000 milliards de ฿ par an soit environ 10 % du PIB annuel de la Thaïlande.

Tachileik était au centre de l'attention il y a deux ans lorsque des milliers de Thaïlandaises s'y étaient installées pour travailler dans la prostitution pendant le confinement. Celles-ci positives à Covid ont importé le virus en Thaïlande, en passant les frontières illégalement grâce à des complicités.

Jeudi, le sénateur thaïlandais Upakit a admis qu'il était propriétaire d'un hôtel à Tachileik mais a souligné qu'il l'avait vendu en 2015 avant de devenir sénateur nommé par la junte thaïlandaise en 2019. "J'ai clarifié cela avec l'agence anti-corruption. Je n'ai jamais caché aucune information », a-t-il déclaré aux médias.

L'entreprise du Dr Tun Min Latt, est également impliquée dans l'achat de drones auprès de sources israéliennes au profit des forces armées du Myanmar, ainsi que dans la conclusion de contrats pour approvisionner en vivres l'armée birmane, par ailleurs détestée, la Tatmadaw. Tun Min Latt a également joué un rôle clé dans les achats d'armes chinoises par les forces armées du Myanmar. Le conglomérat de M. Tun Min Latt, s'est aussi associé à Myanmar Economic Holdings (MEHL), propriété de la junte, et à la société VPower, basée à Hong Kong, pour développer une centrale électrique à Yangon, qui a interrompu ses activités en juillet de cette année, en raison des "troubles".

La police royale thaïlandaise, samedi dernier, a saisi plus de 200 millions de bahts, une somme symbolique eu égard aux montants générés par le trafic de drogue.

Mercredi, le colonel de police Kritsana Pattanacharoen a confirmé que la police demandait au tribunal de prolonger la période de détention des quatre suspects, dont le gendre du sénateur et Tun Min Latt.  Les observateurs demandent maintenant au bureau de l'immigration quel est le statut du Dr Tun Min Latt en Thaïlande.

Il appert que le sénateur Upakit Pachariyangkun a eu des liens, au moins dans le passé, avec le Myanmar Allure Group, une partie du conglomérat de Tun Min Latt. L'une des personnes arrêtées samedi dernier serait M. Dean Young Gultula, le mari de 38 ans d'Adisara Pachariyangkun, la fille du sénateur, un ancien directeur de l'entreprise jusqu'en 2019, date à laquelle il est devenu sénateur.

D'ailleurs, deux sociétés thaïlandaises Allure Group Company et Allure (P&E) Company ont été créées respectivement par le sénateur Upakit et le Dr Tun Min Latt dans le but (au moins concernant le Birman) d'acheter de l'électricité à la Thaïlande pour blanchir de l'argent de la drogue.

Le sénateur Upakit a défendu son ami birman jeudi et a exprimé ses doutes quant à son implication dans le trafic de drogue, mais l'a plutôt décrit comme étant impliqué dans la vente d'armes.  "Il mène des affaires honnêtes", a insisté le sénateur Upakit. "Ma famille et moi n'avons pas de dossiers négatifs." Le sénateur a expliqué qu'il s'était formé cette opinion au cours de ses tractations avec le Birman concernant les ventes d'électricité.

Dans le même temps, des sources au Myanmar ont également insisté cette semaine sur le fait que le groupe Myanmar Allure dépendait beaucoup de mandataires thaïlandais mais qu'il était contrôlé en dernier ressort par le Dr Tun Min Latt et donc étroitement lié à la junte de Nay Pyi Taw.

police-probe-myanmar-firm-drugs-money-laundering-thai-senator.jpg.8b5a21621604f17251cbac3081dc9ef9.jpg.bf37721f338f1eb5a16927a12d45459c.jpg

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites



BANGKOK 08 décembre 2022 10:54
Sponsors