Le Modérateur

L'économie thaïlandaise coincée entre la puissante Indonésie et le dynamique Vietnam

1 message dans ce sujet

analyse de Richard Yarrow, Harvard University et ANU

La 2e plus grande économie d'Asie du Sud-Est et autrefois l'une de ses économies les plus dynamiques se débat sous le poids d'une population vieillissante, d'un système éducatif en décrépitude et d'une riziculture à faible rendement. La Thaïlande semble piégée en tant que pays à revenu intermédiaire, incapable de s'enrichir et coincée entre un Vietnam plus jeune et dynamique et une Indonésie plus grande à tous les niveaux.

Sortir de l'ornière économique ne sera pas facile, donc l'investissement dans l'éducation et un capital humain de meilleure qualité, la réforme de l'agriculture et une meilleure gouvernance devraient être des priorités.

La Thaïlande a le taux de fécondité le plus bas d'Asie du Sud-Est, à l'exception de Singapour. Sa démographie est sans doute plus inquiétante que celle de la Corée du Sud, qui a un taux de fécondité  de 0,8. Entre 2000 et 2021, la population sud-coréenne âgée de 20 à 24 ans a diminué de 15 %. En Thaïlande, ce nombre a chuté de 20 %, ce qui est légèrement mieux que la baisse de 27 % au Japon. Mais le Japon et la Corée du Sud génèrent 4 ou 5 fois le PIB par habitant de la Thaïlande, et disposent de plus de ressources pour soutenir les citoyens vieillissants et attirer des immigrants qualifiés pour renforcer la main-d'œuvre vieillissante. 

Comme dans de nombreux autres pays, l'épidémie de COVID-19 a aggravé le vieillissement de la Thaïlande. Entre 2020 et 2021, le nombre de nourrissons thaïlandais a diminué de 8 %. Les ménages de la classe moyenne et ouvrière, stressés par l'endettement croissant, l'inflation et les mauvaises perspectives d'emploi, ne sont guère désireux d'avoir plus d'enfants. Pendant la pandémie, la dette des ménages thaïlandais a grimpé à 90 % du PIB.

Dans les années 2000, la Thaïlande a surpassé ses voisins dans le domaine de l'éducation. Presque tous les enfants fréquentaient l'école primaire et une forte proportion de jeunes entraient au premier cycle du secondaire. La plupart des travailleurs thaïlandais en 2006 avaient au mieux une éducation primaire. En 2019, la plupart avaient une formation secondaire.

Ces gains en matière d'éducation et de compétences peuvent contribuer à atténuer les effets du vieillissement rapide. Malheureusement, l'enseignement en Thaïlande n'a cessé de se déprécier en raison de priorité gouvernementale contestable. La qualité de l'enseignement supérieur est essentielle à la formation de capital humain et à la sortie du piège du revenu intermédiaire. Au cours de la dernière décennie, la baisse des inscriptions universitaires a commencé à dépasser la baisse démographique du nombre de jeunes.

Le taux de scolarisation dans l'enseignement supérieur de la Thaïlande a culminé à environ 50 % au début des années 2010, puis est tombé à 40 % ces dernières années. Les programmes techniques ont mieux résisté, mais la plupart des sections générales ont perdu beaucoup d'étudiants. Entre 2015 et 2019, après le coup d'état, les inscriptions au premier cycle ont chuté de 18 %.

Avec moins d'inscriptions, les universités ont moins de ressources et ne s'améliorent pas comme l'ont fait les universités chinoises ou singapouriennes. À leur tour, les perspectives d'emploi des diplômés se sont affaiblies. L'avantage salarial de l'enseignement supérieur thaïlandais a diminué depuis le début des années 2010, de nombreux diplômés n'étant pas préparés pour le marché du travail.

Pendant la pandémie, le nombre de chômeurs diplômés d'université a plus que doublé. Pour les familles endettées, les études universitaires semblent moins utiles. De nombreuses universités thaïlandaises ferment des sections, voire ferment tout court.

L'agriculture, qui reste un pilier majeur de l'économie thaïlandaise, est une autre préoccupation. Le secteur contribue à environ un dixième du PIB de la Thaïlande mais emploie environ un tiers de la main-d'œuvre. Alors que le secteur s'est diversifié vers les fruits et l'élevage, le riz reste une culture de base - la Thaïlande représente 14% du commerce international du riz. Pourtant, les rizières thaïlandaises ne sont ni très productives ni efficaces. Les rendements moyens de la Thaïlande sont désormais inférieurs à ceux du Vietnam, du Cambodge et du Laos. L'exploitation rizicole thaïlandaise moyenne est trop petite et les agriculteurs trop pauvres ou trop âgés pour investir afin d'améliorer la productivité.

Ces défis ont incité les décideurs politiques à s'appuyer sur les nouvelles technologies industrielles pour relancer la croissance économique. Par exemple, les dirigeants politiques rêvent de passer à la fabrication de véhicules électriques et, en mai 2022, le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a exprimé l'espoir que la Thaïlande devienne le plus grand centre de production de véhicules électriques au monde. Mais une stratégie purement nationale axée sur les véhicules électriques serait un pari coûteux, dans une région où peu de consommateurs peuvent se permettre cette technologie.

La Thaïlande, et son industrie automobile en particulier, bénéficie d'importants investissements du Japon et de la Chine. Les exportations thaïlandaises se sont bien comportées depuis 2020, avec une augmentation des ventes de véhicules au Japon et des exportations agricoles vers la Chine. Le commerce tiré par l'investissement étranger a donné une forte impulsion économique et ouvre des possibilités de changement structurel. Mais les investissements étrangers sont découragés par un environnement juridique et politique incertain, la corruption, des conglomérats nationaux plus puissants que le gouvernement et des restrictions à la propriété par des étrangers. Le corridor économique de l'est et les zones économiques spéciales doivent encore faire leurs preuves.

Le rajeunissement de l'enseignement supérieur passe par la réforme du financement de l'enseignement supérieur et l'internationalisation de ses universités. Une ouverture sur le monde que le gouvernement ne recherche pas.

Pour atténuer la stagnation de l'agriculture, il faut passer du soutien des prix agricoles à la mécanisation et à l'investissement dans l'irrigation.

Les défis de la démographie, de l'éducation et de l'agriculture de la Thaïlande semblent symptomatiques d'une économie où l’inégalité triomphe avec une concentration des ressources et du pouvoir autour des grands conglomérats et des riches. Une telle structure économique restreint la demande de la classe moyenne et augmente les sorties de capitaux vers les pays voisins comme le Vietnam, alors même que la Thaïlande a trop peu d'investissements privés nationaux. De même, il y a trop peu d'incitations pour les étudiants ou les agriculteurs à améliorer leurs capacités et aucune politique sociale incitant la natalité.

Changer de direction est simplement un problème de gouvernance et de politique. De nombreuses propositions de Thaïlande 4.0 montrent que les bonnes idées des fonctionnaires et des universitaires thaïlandais ne manquent pas. Mais la volonté politique n'est pas au rendez-vous.

image.jpeg.8e133d48ad47413a96b9b3f04c2a742a.jpeg.521808d30f38906e8610fecf9cfe61d4.jpeg

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites



BANGKOK 27 janvier 2023 12:19
Sponsors