Le Modérateur

Jean-Marc Ayrault en Birmanie: le «pouvoir civil» est au-dessus de l'armée

1 message dans ce sujet

 
mediaLe chef de la diplomatie française, Jean-Marc Ayrault a rencontré le président birman, Htin Kyaw, à Naypyidaw, la capitale administrative birmane, le 17 juin 2016. YE AUNG THU / AFP

Le ministre français des Affaires étrangères est en Birmanie. Durant ce déplacement, il a plaidé pour que le gouvernement civil soit «au-dessus» de la puissance armée du pays. L'exécutif, dirigé de facto par Aung San Suu Kyi, doit en effet composer avec un système politique hérité de la junte. Jean-Marc Ayrault rencontre le chef de l'armée, le général Min Aung Hlaing.

Avec notre correspondant à Naypyidaw, Remy Favre

La France va soutenir en Birmanie de nouveaux projets de développement dans les secteurs de l’énergie, de l’urbanisme et de la santé notamment. « Notre aide au développement va augmenter très vite pour monter à 200 millions d’euros d’ici 2018. Nous répondrons également à l’urgence humanitaire en doublant en 2016 nos contributions, par exemple auprès des populations bouddhistes et musulmanes de l’Arakan », a déclaré Jean-Marc Ayrault, le ministre français des Affaires étrangères.

Mais il reste plus de 60 prisonniers politiques en Birmanie, la situation des droits de l’homme est préoccupante. Le ministre français retient surtout les progrès accomplis depuis l’ouverture politique il y a cinq ans : « Pendant longtemps, c’est un pays qui a été refermé sur lui-même, extrêmement autoritaire, brutal, violent. A l’évidence, la Birmanie est sur le bon chemin. Les droits de l’homme sont au cœur de l’action d’Aung San Suu Kyi qui a d’ailleurs souhaité que la communauté internationale le reconnaisse et donc la France le reconnaît. C’est la direction qui a été prise, qui est la bonne, c’est celle d’une démocratie pleine et entière ». « Dans une démocratie, c'est le pouvoir civil qui dirige l'ensemble des institutions, et donc y compris l'armée », a-t-il ajouté lors de sa conférence de presse avec Aung San Suu Ky.

La ministre birmane des Affaires étrangères, Aung San Suu Kyi, n’a pas souhaité s’exprimer sur les investissements étrangers dans son pays. Depuis avril les entreprises étrangères ont proposé des projets d’investissement pour un total de 2,3 milliards de dollars en Birmanie. 

http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20160617-birmanie-france-jean-marc-ayrault-democratie-pouvoir-civil-armee

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 05 août 2020 15:53
Sponsors