Aller au contenu
BANGKOK 16 November 2019 00:55
Le Modérateur

Au Laos, avant la visite d'Obama, les bombes américaines font encore des victimes

Recommended Posts

 

Un membre de l'ONG Cope tient une prothèse de jambe, le 2 juin 2016 à la clinique mobile de Xieng Khoang, au Laos The school holidays had only just begun when Viet became one of the latest casualties of the United States' secret bombing campaign in Laos.The 13-year-old was helping his family clear fields in early June when his shovel disturbed one of the millions of cluster bomblets that still litter his homeland.The legacy of that war and its still palpable present day consequences will feature prominently during a visit next week by Barack Obama, the first ever by a US president to Laos.The legacy of the secret bombing campaign the United States conducted in a sideshow to the Vietnam War and its enduring consequences will feature prominently during a visit September 2016 by Barack Obama, the first ever by a US president to Laos. During the trip he is expected to announce the ramping up of a US programme to clear unexploded devices, echoing similar moves Washington took in Vietnam as relations between the two former foes blossomed.
Un membre de l'ONG Cope tient une prothèse de jambe, le 2 juin 2016 à la clinique mobile de Xieng Khoang, au Laos
  •  
  •  
  •  
Par Coraline MOLINIE

C'était le début des vacances scolaires, Viet aidait sa famille aux champs quand sa pelle a heurté une petite bombe datant de la guerre du Vietnam, qui en explosant l'a blessé aux mains et au visage.

Quand l'accident s'est produit, en juin, "nous avons dû marcher pendant plus de deux heures, alors que mon frère était en sang", raconte son frère aîné à l'AFP, au chevet de Viet, à l'hôpital provincial de Xieng Khouang, dans le nord de ce petit pays d'Asie du Sud-Est.

Nous avons marché "jusqu'à ce qu'une moto arrive et nous emmène finalement à l'hôpital", se souvient-il, à quelques jours d'une visite de Barack Obama au Laos.

Le garçon de 13 ans est l'une des dernières victimes de ces millions de bombes à fragmentation américaines qui constituent une menace quotidienne pour la population laotienne depuis plus de cinquante ans. Elles font chaque jour de nouvelles victimes, dont 40% d'enfants.

Le Laos est le pays du monde qui a reçu le plus grand nombre de bombes par habitant, lorsque la guerre du Vietnam a débordé sur son sol de 1964 à 1973.

Washington tentait alors de couper les voies d'approvisionnement des combattants nord-vietnamiens. Plus de deux millions de tonnes de bombes y ont été lancées. Environ 30% n'ont pas explosé, soit 80 millions de bombes à fragmentation qui ont tué ou blessé plus de 20.000 personnes depuis la fin de la guerre.

Cinquante ans plus tard, Barack Obama est le premier président américain à se rendre dans ce pays voisin de la Chine. Attendu à Vientiane du 6 au 8 septembre pour un sommet régional, il doit y annoncer une augmentation de l'aide pour en finir avec cet héritage du passé.

En 2015, au total, 35 millions de dollars d'aide internationale ont été consacrés à ce fléau. Moins de 6% ont été dédiés jusqu'ici à l'aide aux victimes.

Dans la région de Xieng Khouang, l'une des zones les plus touchées par les largages de bombes, des milliers de personnes ont été amputées.

Pris en charge par les médecins plus de cinq heures après son accident, Viet a perdu plusieurs doigts.

suite de ce très long article

http://information.tv5monde.com/en-continu/au-laos-avant-la-visite-d-obama-les-bombes-americaines-font-encore-des-victimes-125909

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sponsors
×