Le Modérateur

Vietnam: la France demande la libération de 4 dissidents

2 messages dans ce sujet

La France a demandé aux autorités vietnamiennes la remise en liberté de quatre militants des droits de l'Homme, lors de la visite de François Hollande au Vietnam, mercredi, selon l'entourage du président français.

Il s'agit d'un militant catholique, du fondateur d'une formation politique dans ce pays communiste à parti unique, d'une militante engagée contre les expropriations et d'un blogueur. Ils ont tous été condamnés à de longues peines de prison. A la demande de François Hollande, la liste a été remise par le secrétaire d'État français au Développement et à la Francophonie André Vallini au vice-ministre vietnamien des Affaires étrangères Bui Thanh Son. En amont de sa visite au Vietnam, trois ONG, dont la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH), avaient fait part au président français dans une lettre ouverte "de leur plus grande préoccupation concernant les graves violations des droits de l'homme" au Vietnam, l'appelant à "soulever la question".

"Les droits humains ne doivent pas être sacrifiés au profit d'accords commerciaux et portant sur des questions de sécurité", avait par ailleurs réagi Camille Blanc, présidente d'Amnesty International France dans un communiqué. Publiquement, le président français n'a toutefois glissé que quelques mots sur les droits de l'homme au cours de sa visite, se disant "très attentif à l'Etat de droit". Après une journée à Hanoï hier, François Hollande a rencontré aujourd'hui à Ho Chi Minh-Ville (sud) des responsables de start-up et d'entreprises innovantes et ceux de l'Institut du coeur, un symbole de la coopération médicale franco-vietnamienne.

 

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/09/07/97001-20160907FILWWW00075-vietnam-la-france-demande-la-liberation-de-4-dissidents.php

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 3 heures, Le Modérateur a dit :

"Les droits humains ne doivent pas être sacrifiés au profit d'accords commerciaux et portant sur des questions de sécurité", avait par ailleurs réagi Camille Blanc, présidente d'Amnesty International France dans un communiqué. Publiquement, le président français n'a toutefois glissé que quelques mots sur les droits de l'homme au cours de sa visite, se disant "très attentif à l'Etat de droit".

François Hollande, à son retour :

"Un communiqué ? Non... je ne l'ai pas lu...et il disait quoi, ce communiqué ?.. Ah bon ! Ben, je l'ai pas lu !.. C'est dommage car si je l'avais lu, vous pensez bien qu'on aurait refusé de vendre des Airbus !"

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


BANGKOK 25 janvier 2020 17:43
Sponsors