Le Modérateur

Thaïlande tellement tendance dans les banlieues que les rappeurs portent de faux maillots de foot thaïlandais

1 message dans ce sujet

Collage_Fotor.jpg

 

Cet été, vous n’avez pas pu échapper à la mode de ces maillots de football fluos qui vous ont très certainement abimé votre (Maxwell) cornée. D’où viennent-ils, et surtout pourquoi ont-ils autant de succès en France ?
Il peut être par exemple jaune fluo sur le haut, orange flashy sur le bas, rose mauvais-goût sur les manches et avec un gros logo Yamaha au milieu. Si vous ne compreniez pas encore de quoi nous parlons, je pense que c’est chose faite ! Vous en avez vu cet été et en bon passionné de football vous avez tenté à maintes reprises de décrypter le logo apposé sur le torse. Si les premières fois vous n’aviez pas saisi d’où provenaient ces tuniques, la mode vous a laissé de multiples occasions de le faire puisque les villes pullulent littéralement de ces maillots (ou au moins à Valenciennes !).

 

Vous avez vu « Thailand » sur ce logo et vous vous êtes empressés d’aller voir sur internet si ces fashion faux-pas étaient bien des répliques officielles de l’équipe nationale ou au moins de clubs locaux. C’est là que l’originalité du concept intervient. Ces maillots extrêmement répandus dans les quartiers populaires ne répondent pas aux standards du genre, ni représentant ni un club ni une sélection, mais sont de simples objets de mode. Importés de Thaïlande, les tuniques arrivent vierges et sont floqués en France d’un logo « Thaïland » et des sponsors tels que Yamaha ou la bière Chang pour la plupart. A la base ramenés par dizaines par des touristes qui les revendaient de la main à la main, aujourd’hui vous en trouverez aisément dans n’importe quelle échoppe de street-wear.

 

Outre l’aspect esthétique discutable, ces maillots sont surtout une référence culturelle. Portés dans ses clips par le mélomane Jul, ces tuniques sont l’interprétation vestimentaire d’un attrait de plus en plus grand des jeunes pour la Thaïlande. En gros, la Thaïlande et ses stations balnéaires comme Pattaya ou Phuket (popularisé en France par le réellement talentueux Seth Gueko), est abordable et représente l’idéal de la vie facile. A moins de 10€ sur place, une trentaine en France, et loin des 90€ à débourser en moyenne pour acquérir la tunique d’un cador européen, ces tuniques sont à l’image des stations thaïlandaises. Les trois marques qui ont pris les devants sont : Cadenza, Eureka et 90 Minutes.

 

Ces maillots reprennent les codes fluo et flashy des « third » de grosses écuries européennes, véritables hérésies pour leurs plus fervents supporters, mais succès marketing garanti chez les simples amateurs. A l’image des maillots du Real ou du Barça ces dernières saisons et du déconcertant template Third de Nike cette saison, les maillots thaïlandais répondent à une demande et s’adaptent simplement à la mode.

 

Thomas Vandaele

 

https://www.pkfoot.com/culture/equipements/fluo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


BANGKOK 23 mai 2022 06:17
Sponsors