Aller au contenu
BANGKOK 23 August 2019 23:04
Le Modérateur

Thaïlande: arrestation d'une femme pour lèse-majesté conspuée par la foule

Recommended Posts

La police thaïlandaise a arrêté dimanche une femme pour diffamation royale à la suite d'un message Facebook relatif au prince et au régent, après des pressions exercées par une foule en colère réunie devant un commissariat.

La Thaïlande possède l'une des lois de lèse-majesté les plus sévères au monde. Connue sous le nom d'"article 112", ce texte prévoit de 3 à 15 ans de prison pour quiconque diffame le roi, le reine, son héritier ou le régent. "Une plainte a été déposée vendredi contre une utilisatrice de Facebook", a expliqué Thewes Pleumsud, de la police de Bo Pub sur l'île de Samui (sud).
"Nous l'avons retrouvée. Elle se cachait chez une amie. Une fois au poste de police, nous l'avons forcée à présenter des excuses en public face au portrait du roi", a-t-il ajouté. Il a précisé que le message en question ne concernant pas le "défunt roi mais l'héritier et le régent".
Sur des vidéos très partagées sur les réseaux sociaux, on peut voir la foule lancer des insultes à la femme.

Depuis la mort jeudi de Bhumibol Adulyadej, roi vénéré, la police a fait état de plusieurs manifestations de ce genre ont eu lieu dans le pays. Le prince héritier ayant demandé un "délai" avant de monter sur le trône, Prem Tinsulanonda, principal conseiller du roi est devenu régent, comme le veut la Constitution.

Depuis l'arrivée de la junte au pouvoir par un coup d'Etat en mai 2014, les poursuites se sont multipliées et les sentences alourdies. En août 2015, un homme a été condamné à 30 ans de prison et une femme à 28 ans après avoir publié sur Facebook plusieurs messages jugés insultants pour la famille royale.

D'après le dernier rapport de l'ONG de défense des droits de l'Homme iLaw, 66 personnes ont été poursuivies pour lèse-majesté depuis mai 2014 et 53 sont incarcérées. Avant le coup d'Etat, 6 personnes étaient derrière les barreaux.

Les rares médias, y compris internationaux évoquant ces affaires s'autocensurent, de crainte de tomber sous le coup de la loi eux-mêmes: les accusations, les arrestations et les condamnations peuvent être racontées mais faire état des détails des accusations peut être considéré comme une violation de la loi.

 

http://www.lorientlejour.com/article/1012910/thailande-arrestation-dune-femme-pour-lese-majeste-conspuee-par-la-foule.html

 

NdM ne pas confondre avec un cas similaire à Phuket et d'autres dans le pays

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sponsors
×