Le Modérateur

Ex-enfant soldat en Birmanie, mes parents sont restés sans nouvelles de moi pendant 3 ans

1 message dans ce sujet

6741486563085.jpg

Hein a été enrôlé dans l'armée birmane à la gare de Mandalay, au centre du Myanmar (Khaing Min Htoo/Vision du monde)

Par Hein, ex enfant soldat

LE PLUS. À ce jour, des enfants soldats continuent à être recrutés par des forces armées dans une cinquantaine de pays. C'est le cas au Myanmar (ou Birmanie), malgré l'arrivée au pouvoir du parti d'Aung San Suu Kyi et la signature d'un plan d'action avec les Nations unies en 2012 pour mettre fin à ces pratiques. Témoignage de Hein, jeune birman enrôlé dans l'armée nationale quand il avait 16 ans, alors que ce 12 février a lieu la journée internationale des enfants soldats.

Édité et parrainé par Rozenn Le Carboulec

À 16 ans, j’ai décidé un jour d’aller rendre visite à un ami qui habitait dans le nord du pays, à Myitkyina. Je n’ai rien dit à mes parents, car j’avais peur qu’ils me retiennent. Au départ de chez eux, à Myaung Mya, il fallait bien compter deux jours de train. Mais je ne suis jamais arrivé chez mon ami : des soldats m’ont embarqué de force au milieu du trajet.

 

"Tu peux rentrer, mais on te rattrapera" 

 

C’était en septembre 2010 et je n’avais pas de carte d’identité avec moi, je devais en obtenir une à 18 ans. Les soldats le savaient : quand je suis arrivé en gare de Mandalay, des militaires m’ont demandé mes papiers. N’ayant rien à montrer, ils m’ont directement emmené au centre de recrutement de la ville.

 

J’avais très peur. Sur le coup, je les ai suppliés d’appeler mes parents pour les prévenir, mais ils ont refusé. Puis ils m’ont lancé :

 

"Tu peux rentrer chez toi, mais on te rattrapera !"

 

Face à ces menaces, je suis resté, je craignais trop les conséquences.

 

J'ai été blessé au genou gauche

 

Un mois plus tard, j’étais au camp d’entraînement de Monywa, puis quatre mois et demi après, on m’a envoyé à Mong Hsu, près de la frontière est, en plein combat contre l’armée de l’État Shan (Shan State army), l’un des plus importants groupes rebelles du Myanmar.

 

Je suis resté sur la ligne de front pendant six mois, et je suis retourné me reposer à la base militaire pendant un mois. Puis de nouveau au combat pendant six mois, et ainsi de suite pendant plus de trois ans.

 

Lors des derniers mois, j’ai été blessé au genou gauche par des éclats provenant d’un boulet de canon. Si ce dernier m’avait frappé directement, je serais aujourd’hui mort. J’ai été hospitalisé pendant deux mois.

LIRE LA SUITE ICI

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1656407-ex-enfant-soldat-en-birmanie-mes-parents-sont-restes-sans-nouvelles-de-moi-pendant-3-ans.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 30 novembre 2021 13:32
Sponsors