Aller au contenu
BANGKOK 27 June 2019 05:35
Le Modérateur

La Thaïlande saisit les biens du Québécois -fondateur de Alphabay- qui s'est récemment suicidé. 21 millions de $

Recommended Posts

Rappel de l'affaire avec un article québécois plus bas

 

BANGKOK (Reuters) - La police thaïlandaise a saisi près de 21 millions de dollars d'actifs, des voitures, etc., appartenant au défunt fondateur de AlphaBay (Darknet), décédé dans une prison de Bangkok ce mois-ci.

Alexandre Cazes, citoyen canadien de 25 ans, a été arrêté en Thaïlande le 5 juillet à la demande des États-Unis.

La police thaïlandaise a confirmé lundi qu'il était l'administrateur d'AlphaBay, un site en ligne consacré à la vente de produits illicites allant des outils de piratage informatique aux drogues et aux armes.

Cazes a été retrouvé mort dans sa cellule au Bureau de la répression des stupéfiants à Bangkok le 12 juillet avant son extradition (donc avortée) aux États-Unis, a déclaré le chef de la police nationale adjoint Chalermkiat Sriworakan.

"Nous avons saisi plus de 700 millions de thb d'actifs, de voitures et de crypto-monnaie (bitcoins)", a déclaré Chalermkiat à Reuters. La somme équivaut à 21 millions de dollars.

Il n'était pas clair si Cazes avait reçu un avocat ou si la police l'avait nommé d'office, comme c'est parfois le cas en Thaïlande.

Sa femme thaïlandaise, Sunisa Cazes, est également confrontée à des charges pour blanchiment d'argent. Elle est en détention provisoire et Reuters n'a pas été en mesure de la contacter.

Cazes, appelé «DeSnake» par certains dans la communauté en ligne, opérait principalement de Thaïlande, où les médias ont déclaré qu'il possédait plusieurs propriétés.

Son arrestation a suivi une opération de police appelée Bayonet, qui impliquait des autorités dans six pays dont le FBI, la Police nationale hollandaise et la police royale thaïlandaise.


 

http://tech.thaivisa.com/thailand-seizes-21-million-assets-dead-founder-dark-net-marketplace-alphabay/23146/

 

Criminalité sur l’internet

Aux commandes du « plus gros marché criminel de l'internet »

Vincent Larouche La Presse

La surprise a été totale. Alexandre Cazes travaillait sur son ordinateur portable, avec tous ses comptes ouverts et ses mots de passe déjà entrés, lorsque la Police royale de Thaïlande a fait irruption chez lui, à Bangkok, le 5 juillet.

 

Des agents fédéraux américains du FBI et de la Drug Enforcement Administration (DEA) accompagnaient les policiers thaïlandais. Ils se sont jetés sur l’ordinateur et ont saisi la preuve ultime de leur longue enquête : l’informaticien québécois de 25 ans était branché en tant qu’administrateur sur AlphaBay, le plus important site de vente d’armes, drogues, virus informatiques et documents frauduleux.

Toutes ses informations personnelles et financières, les mots de passe du site, les coordonnées des serveurs et autres secrets étaient là, à portée de la main, non protégés, pour la première fois.

Pour préparer le terrain à cette perquisition, les enquêteurs avaient délibérément provoqué une panne sur un serveur d’AlphaBay, forçant ainsi l’administrateur à se brancher et à intervenir pour redémarrer le système. Pris la main dans le sac, le Québécois a été immédiatement placé en détention dans l’attente de son extradition vers les États-Unis. Tout de suite après, la GRC a mené des perquisitions chez sa mère à Trois-Rivières et dans un entrepôt à proximité, pour étoffer la preuve.

Ses parents ont été interrogés, mais ils ignoraient visiblement tout d’AlphaBay.

« Cazes avait le contrôle ultime »

Hier, le procureur général des États-Unis, Jeff Sessions en personne, a donné une conférence de presse à Washington avec le patron du FBI pour faire le bilan de l’enquête sur « le plus gros marché criminel de l’internet, AlphaBay ». Des documents judiciaires rendus accessibles hier et consultés par La Presse lèvent le voile sur la traque, qui a mobilisé des ressources gigantesques. M. Sessions a souligné que le président Trump avait demandé que la justice s’attaque au marché de la drogue en ligne.

« Ceci est probablement une des plus importantes enquêtes criminelles de l’année – fermer l’un des plus gros marchés de l’histoire sur le dark web. »

— Jeff Sessions, procureur général des États-Unis

Le dark web est un ensemble de sites accessibles uniquement avec des navigateurs spéciaux conçus pour protéger l’anonymat des visiteurs et des administrateurs. Lancé sur le dark web en 2014, AlphaBay s’était imposé comme le meilleur endroit pour vendre et acheter des produits illégaux, constituant une sorte d’Amazon ou d’eBay du crime.

« Cazes, en tant que fondateur, a supervisé les opérations d’AlphaBay depuis sa création et a contrôlé les profits massifs générés par l’exploitation de l’entreprise, recueillant des dizaines de milliers de dollars en commissions », indique un résumé d’enquête déposé au tribunal en Californie.

Les autorités américaines affirment que la vente d’opioïdes comme le fentanyl sur le site a aggravé l’épidémie de surdoses qui frappe aujourd’hui les États-Unis. Une jeune victime de 13 ans serait morte en Floride après avoir consommé une drogue achetée sur AlphaBay.

« Cazes avait le contrôle ultime de l’organisation AlphaBay, dont les membres. Il avait le pouvoir final pour fermer les comptes des modérateurs, vendeurs et acheteurs sur le site et le forum. Cazes avait aussi le pouvoir final pour trancher les différends », précisent les documents judiciaires.

Une vieille adresse Hotmail

Les enquêteurs américains cherchaient depuis longtemps à déterminer l’identité du mystérieux Alpha02, le surnom utilisé par le fondateur du site dans toutes ses communications avec le monde extérieur.

Un jour, ils ont découvert qu’au cours des premiers mois d’existence d’AlphaBay, les utilisateurs qui oubliaient leur mot de passe et demandaient aux administrateurs du site de le récupérer recevaient un courriel redirigé par l’adresse « [email protected] ».

Ils n’ont eu aucun mal à découvrir que cette adresse appartenait à Alexandre Cazes, originaire de Trois-Rivières, né en 1991. Ce dernier était consultant en informatique. En cherchant un peu, ils ont constaté qu’un certain Alexandre Cazes avait aussi publié un message en français sur le site francophone www.commentçamarche.com en signant son vrai nom ainsi que l’avatar Alpha02 et en laissant l’adresse [email protected]

Il devenait de plus en plus clair qu’Alpha02 était Alexandre Cazes.

AlphaBay en chiffres

200 000 usagers

40 000 vendeurs

250 000 annonces pour des stupéfiants

100 000 annonces pour des articles de fraude bancaire

Les policiers ont ensuite constaté que Cazes avait déménagé en Thaïlande et possédait des actifs de plusieurs millions sans provenance légale connue.

Décrit par une amie sur Facebook comme une personne à l’intelligence supérieure, Cazes possédait officiellement une entreprise légale de réparation d’ordinateurs et de vente de logiciels, EBX Technologies. L’entreprise était enregistrée à la maison de sa mère, chauffeuse d’autobus, à Trois-Rivières. La société semblait peu active, mais un peu partout dans le monde, divers comptes bancaires y étaient associés. La société était « un paravent utilisé pour justifier son activité bancaire », affirment les autorités.

Mort tragique

Alexandre Cazes, dont la conjointe thaïlandaise était enceinte, devait être bientôt emmené aux États-Unis pour faire face à une kyrielle d’accusations liées au trafic de drogue, à la fraude et au blanchiment d’argent.

Mais son procès n’aura jamais lieu. La semaine dernière, il a été trouvé mort dans la douche de sa prison thaïlandaise. La police locale affirme qu’il s’est suicidé avec une serviette de bain. Son père a mis publiquement en doute la thèse du suicide sur les ondes de la station de radio mauricienne 106,9. Il a dit craindre un assassinat et attend maintenant les résultats de l’autopsie.

La mère du défunt s’est rendue en Thaïlande, où une cérémonie funéraire a été organisée avec la famille de sa conjointe. Les restes du disparu doivent ensuite être rapatriés au Québec pour des funérailles dans sa région natale.

Après son arrestation, sa mère avait publié un message sur Facebook à son attention. Malgré tout ce qu’on disait déjà de lui, elle n’allait pas le laisser tomber. Il était son fils unique.

« Tu as le droit d’échouer. Tu as le droit de faire des erreurs. Tu as le droit de ne pas être parfait. Et je t’aime », disait le message.

Sa fortune saisie par la justice

23 millions

Vincent Larouche La Presse

Malgré la mort d’Alexandre Cazes, les autorités américaines ont entrepris hier des démarches pour saisir tous les actifs détenus par sa conjointe et lui. Sa fortune, évaluée à 23 millions, selon ses propres documents financiers, comprend des sommes conservées dans des comptes au Canada, en Thaïlande, en Suisse et au Liechtenstein.

Sa fortune saisie par la justice

Propriétés étrangères

Vincent Larouche La Presse

En plus de quatre propriétés qu’il détenait en Thaïlande (à Bangkok et Phuket), la justice veut saisir une résidence à Chypre et un logement à Antigua-et-Barbuda. Les enquêteurs croient que Cazes avait investi dans ces pays pour en acquérir la nationalité.

Sa fortune saisie par la justice

Véhicules de luxe

Vincent Larouche La Presse

Les policiers ont déjà saisi en Thaïlande les véhicules de Cazes, soit une Lamborghini Aventador, une Porsche Panamera S, une Mini Cooper et une motocyclette BMW. Ils veulent les confisquer définitivement, car ils auraient vraisemblablement été achetés avec l’argent du crime.

 

 

http://plus.lapresse.ca/screens/c40191c1-8842-426b-8450-8ad5042328f7|A0IfRReZyQpn.html

 

alexandre-cazes-626x336.png.2fd5613c990e7565570352a058d2e6a8.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

Sponsors
×