Le Modérateur

Verdict de demain : ou "les clés de la réconciliation" .

1 message dans ce sujet

Parmi les dizaines d'articles qui, par ailleurs, occultent tout le reste de l'actualité, celui du Nation ci-dessous explique bien les enjeux.

 

  Le verdict pourrait déterminer l'avenir de la politique thaïlandaise.

 


Il existe trois scénarios majeurs concernant le sort de Yingluck, qui est accusée de négligence lors du programme de subventions des riziculteurs mis en place par son gouvernement.

4ff45d53d88f2af7606eeb3447812cf6.thumb.jpg.6087d1aef2fc7adffc03dd6efa37f895.thumb.jpg.5d04091dd3f433849e99f52f9451a3ab.jpg

 
 

1- Prison

2- Sursis

3- Non coupable


L'article de The Nation pense qu'il est envisageable que Yingluck fuie avant le 25 mais nous sommes déjà le 24 à 10:00. Dans ce cas, comme son frère, elle serait une paria pour le reste de sa vie à l'étranger.
 

Un verdict «coupable»  ne serait pas la fin du monde pour Yingluck, car elle aurait encore l'occasion de se battre. Elle aurait encore le droit de faire appel dans les 30 jours, conformément à la Constitution actuelle. Certains experts juridiques ont souligné que le calendrier pourrait être prolongé. Un appel l'aiderait à gagner du temps en liberté et le tribunal pourrait éventuellement confirmer le verdict ou réduire la peine.
 


Cependant, tout emprisonnement de Yingluck ne serait pas bon pour l'image du Conseil national pour la paix et l'ordre (NCPO) -les généraux qui ont fomenté un coup d'état en mai 2014- . Son emprisonnement lui donnerait une image plus sympathique et pourrait l'élever au statut d' «icône de la démocratie» - semblable à l'ancien chef de l'opposition du Myanmar Aung San Suu Kyi, lauréat du prix Nobel de la paix, qui a passé 15 ans en résidence surveillée sous la dictature militaire de son pays .


"Le NCPO préférerait que Yingluck fuie le pays plutôt que de faire face au verdict. Si elle s'échappe, elle tombera dans le piège de la junte ", a déclaré un observateur politique sous couvert d'anonymat.

 


Un verdict de culpabilité, cependant, ne serait pas bon pour les efforts de réconciliation et il pourrait être utilisé par le parti Pheu Thai de Yingluck pour gagner de la sympathie et du soutien avant les élections générales prévues pour l'année prochaine. Le parti pourrait sortir victorieux, remportant plus de la moitié des 500 sièges à la Chambre des représentants.

 

Si elle est reconnue coupable et condamnée à une peine de prison avec sursis, ce serait une option de compromis qui pourrait maintenir l'élan de réconciliation. Un tel verdict pourrait aider à atténuer les tensions politiques et à gagner du temps pour Yingluck.


Ce pendant, en faisant appel d'un verdict de culpabilité, Yingluck risquerait d'être renvoyée en prison. La liberté sous caution n'est pas automatique.
 


Cependant, une peine de prison même avec sursis pourrait mettre fin à la carrière politique de Yingluck et ses ennemis pourraient en profiter pour détruire sa popularité.

 


Le troisième scénario - dans lequel Yingluck est acquittée - serait le pire scénario pour le NCPO, mais le meilleur pour Yingluck et son Pheu Thai Party. Cependant, certains observateurs politiques considèrent ce scénario comme le moins probable.

Si le tribunal rejette l'affaire, les pressions exercées par le camp anti-Thaksin (Chemises Jaunes et Suthep qui ont incité le coup d'état) s'élèveront contre le NCPO (généraux qui ont fomenté le coup d'état) alors qu'il sera exploité par le Pheu Thai dans les prochaines élections générales.

Pour de nombreux critiques, ce scénario voudrait dire que le coup d'état du NCPO de mai 2014 était  "une perte de temps", alors le camp anti-Thaksin fera pression sur la junte et les procureurs pour faire appel de l'acquittement. En conséquence, les tentatives de réconciliation n'iraient nulle part.

Outre les implications criminelles, un verdict de culpabilité justifierait l'action au civil des autorités contre Yingluck demandant des dommages-intérêts de 35 milliards de thb au titre des pertes résultant du régime de subvention.

Yingluck fait face à une ordonnance administrative pour qu'elle verse une indemnité pour les pertes, mais elle a récemment demandé au tribunal administratif de demander la révocation de l'ordonnance. Un acquittement dans l'affaire au pénal donnerait également à l'ancien premier ministre un avantage dans sa demande d'abrogation de l'ordre administratif.

Certains experts juridiques ont déclaré qu'un acquittement (au pénal) ne signifiait pas que la Cour administrative accepterait nécessairement la demande de Yingluck, car les juges devront encore examiner les détails du jugement d’acquittement et déterminer s'il y avait intention de causer des dommages aux finances de l'état.

 

https://www.thaivisa.com/forum/topic/998585-yingluck-verdict-holds-the-key-to-reconciliation/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 28 juin 2022 03:03
Sponsors