Le Modérateur

"Pleins pouvoirs", cela signifie que je peux faire ce que je veux, dit Prayuth

1 message dans ce sujet

 

BANGKOK - Le chef de la junte et le Premier ministre Prayuth Chan-ocha a déclaré mardi qu'il ne pouvait être tenu responsable des dommages causés par des décisions qu'il prend en utilisant ses pleins pouvoirs

Lorsqu'on lui a demandé s'il était responsable des milliards de thb que pourrait coûter à l'État un accord avec une entreprise minière australienne qu'il a fait fermer l'an passé - alors que son prédécesseur élu était tenu pénalement et financièrement responsable des pertes d'une subvention aux riziculteurs - Prayuth a déclaré qu'il n'avait pas une telle responsabilité.

"En ce qui concerne l'utilisation de l'article 44 dans ce pays, je ne dois pas être tenu responsable du tout. Je peux faire ce que je veux ", a déclaré Prayuth mardi. "Si vous parlez en termes d'arbitrage ou de droit international, nous devrons faire face à l'affaire... Mais lorsque j'utilise l'article 44, je n'ai pas à craindre quoi que ce soit, car cela me protège."

Son commentaire répond à des observateurs politiques qui ont suggéré qu'il devrait être tenu responsable de sa décision de mai 2016 d'arrêter brutalement l'exploitation minière de l'or à l'échelle nationale.

"Ce qui me rend malade, c'est que le gouvernement devra payer l'amende en Australie (à un prix stupide) pour l'utilisation de l'article 44.", a déclaré le militant Chemise Jaune, Veera Somkwamkid, dimanche.

"Si la junte perd le pouvoir, le statut de l'article 44 pourrait être modifié", a déclaré l'adversaire de la junte et militant Sombat Boonngamanong. "Les biens de Prayuth seront-ils saisis?"

La semaine dernière, l'ancien Premier ministre Yingluck Shinawatra est devenue une "fugitive" pour ne pas s'être présentée à la lecture du verdict dans son procès. Ses comptes bancaires avaient été gelés et on lui a ordonné de payer 35,7 milliards de bahts à l'État pour les pertes subies par son programme de subvention aux riziculteurs. Elle sera condamnée à une peine de 10 ans de prison si elle est reconnue coupable (de négligence) lorsque le verdict sera lu le 27 septembre.

Une société minière australienne a subi de lourdes pertes par l'ordre de fermeture de Prayuth, et un règlement financier (l'état thailandais payant les Australiens) qui se compterait en milliards de dollars a été évoqué.

En mai 2016, Prayuth a ordonné que des opérations telles que celles la mine Chatree exploitée par Akara Resources Co. devaient cesser d'ici la fin de l'année (2016). Akara a été montré du doigt en raison de l'existence de graves dommages pour la santé et l'environnement, causés par ses mines dans trois provinces.

Prayuth a publié son ordre de fermeture des mines en invoquant ses pleins pouvoirs, en vertu de l'article 44 de la constitution provisoire de 2014 et maintenu dans la nouvelle constitution adoptée par référendum il y a un an.

Près d'un an après la fermeture de ses mines, la société mère d'Akara, Kingsgate Consolidated Ltd., a révélé en avril qu'elle chercherait à obtenir «... une compensation» du gouvernement thaïlandais, car il a violé l'Accord de libre-échange Australie-Thaïlande ou TAFTA.

Dans sa déclaration publique, Kingsgate a également déclaré que le TAFTA garantit que, en tant qu'investisseur australien en Thaïlande, la société a le droit de demander des arbitrages devant un tribunal international.

Selon les médias, l'indemnisation pourrait atteindre 30 milliards de bahts, bien que Kingsgate ait déclaré qu'il n'a jamais mentionné de montant.

Le gouvernement thaïlandais et la société minière ont déclaré que les négociations étaient encore en cours.

En refusant sa responsabilité, Prayuth a également déclaré qu'il était injuste de comparer ce qu'il a fait avec la subvention aux riziculteurs de Yingluck parce que le cas de cette dernière concernait de la corruption, alors que son ordre de fermeture des mines a été donné à la demande des personnes touchées par la mine. Il a déclaré qu'il n'avait aucun avantage à l'arrêt de l'exploitation de cette mine.

"La priorité de ce govt, ce sont davantage les gens (que le gouvernement précédent). Comme dans beaucoup d'autres cas, les gains ou les pertes sont une autre histoire ", a-t-il déclaré. "Mais si nous n'avions pas agi, les protestations auraient continué", a déclaré Prayuth, se référant aux manifestations organisées contre Akara et ses mines. "Quand il y a un problème, vous dites au gouvernement de prendre ses responsabilités. C'est une histoire différente des subventions aux riziculteurs. C'était la corruption. Il faut pouvoir faire une distinction. "

 

 

https://www.thaivisa.com/forum/topic/999528-absolute-power-means-i-can-do-whatever-prayuth-says/

 

Ici le premier ministre dit "je vous aime" en, langage des signes

59a6a188a7387_20170825__0002-696x464.jpg.448c0889f557968d7aeb270712b7d52a.jpg.2a330418e2939354b2531ee1c53f719f.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 25 juin 2022 17:20
Sponsors