Le Modérateur

L'islamophobie gagne du terrain en Thaïlande

1 message dans ce sujet


Très très long article de Pravit Rojanaphruk, un célèbre journaliste et intellectuel thailandais. A lire en anglais ici

http://www.khaosodenglish.com/news/2017/10/02/rising-islamophobia-thailand-irrational-dangerous-scholars/

Résumé

Pravit parle de la ville de Khon Kaen où un sentiment islamophobe se développe alors qu'à Bangkok ou dans la Nord-Est du pays la coexistence entre bouddhisme et islam ne pose pas de problème.

Des musulmans de Khon Kaen ont demandé qu'un bâtiment soit enregistré comme mosquée (la 7ème de la province) mais un groupe bouddhiste local a demandé au gouverneur de ne pas autoriser cette mosquée en citant des risques de terrorisme.

"Les bouddhistes .... craignent les troubles dans la région comme ceux qui se déroulent dans les provinces à la frontière du sud", a déclaré la lettre de bouddhistes qui exhorte le gouverneur à "éteindre l'incendie dès le début".

Le genre d'Islamophobie bouddhiste ultranationaliste ne se limite pas au Myanmar.

La semaine dernière, un moine thaïlandais qui a appelé la destructions des mosquées pour venger les morts bouddhistes dans le Sud profond a été arrêté par les militaires et envoyé à Bangkok avant d'être défroqué.

Les experts disent que ces sentiments ne sont pas uniques à Khon Kaen. Cependant,  "L'islamophobie [en Thaïlande] n'est pas encore aussi sévère qu'en Europe ou aux États-Unis", a déclaré Ekkarin, universitaire musulman du sud. Il publiera ses résultats en décembre.

Ekkarin fait des recherches depuis deux ans sur l'islamophobie ordinaire qui progresse. Ekkarin l'attribue à deux facteurs. Premièrement, la violence séparatiste prolongée dans le Sud profond qui a tué plus de 6 500 personnes en 13 ans. Deuxièmement, la perception véhiculée par les médias selon laquelle les musulmans sont violents.

Parallèlement aux pogroms soutenus par l'État birmans contre les Rohingya, Ekkarin a déclaré qu'il y avait eu une augmentation de la paranoïa sur les réseaux sociaux thaïlandais concernant l'islam et les musulmans.

"On n'a pas encore atteint un point où les musulmans sont attaqués dans les rues et où [les femmes musulmanes] ont leur hijab retiré en public", a déclaré Ekkarin.

Les universitaire reconnaissent que le gouvernement agit dans ce domaine avec sagesse et circonspection (même si le fait de défroquer le moine extrémiste va le victimiser et que cela peut être utiliser contre les musulmans) et qu'il faut maintenir le dialogue entre les deux religions. Ils considèrent que l'islam n'est pas une menace pour le bouddhisme.

 

nomasjid.hed_.jpg.f26eacef2241c4975f7fb02b896a8619.jpg

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites



BANGKOK 11 août 2022 06:19
Sponsors